17/5/02

Abus patronal et omnipotence impérialiste

A l'usine Pepsico Snacks, 400 personnes, dont 70 % de femmes se relayent pour effectuer un travail debout dans des conditions infernales. La grande majorité de ces femmes sont mères de famille, certaines sont seules à assumer la « charge » de famille, parce qu'elle ne sont mariées ou parce que leurs maris sont au chômage. Beaucoup ne se limitent pas à passer 8 heures debout devant leurs machines, elles font des journées doubles pour augmenter leurs revenus sans pour autant que cela suffise à faire vivre leur famille.

Depuis janvier, Pepsico a licencié 130 intérimaires, malgré la dénonciation de certains délégués qui se sont affrontés avec leurs propres syndicats et la direction. Ils ont également dénoncé le recours abusif aux contrats d'intérimaires, en violation avec la législation du travail en vigueur en Argentine.

Usine à tortures

Elsa travaille à l'emballage. Dans cet atelier, la machine qui devrait travailler à 80 coups par minute fonctionne à 120. Trois femmes remplissent les caisses, les transfèrent sur une plate forme et reviennent pour remplir d'autres caisses, le même mouvement de bras, le même parcours, pendant 8 heures avec seulement trente minutes pour manger et aller aux toilettes.

A Elsa, cette routine lui a provoqué des douleurs : 'La machine te fait travailler à vitesse maximum. Parfois, je suis assise sur le sol, en jouant avec mon fils et je ne peux plus me lever, tellement j'ai mal aux poignets, à cause du rythme d'enfer que je dois suivre pour emballer. Pendant ces 8 heures debout, tu as nulle part où t'appuyer.'

Un délégué m'a raconté que la principale maladie professionnelle dans l'usine est la phlébite. Une des travailleuses a obtenu de faire prendre en charge le traitement par l'entreprise. Peu de temps après, le syndicat, complice de la direction a fait rayer la phlébite des maladies prises en charge par l'assurance maladie.

Rosalba dit qu'elle ne supporte pas la chaleur dans l'usine. Les ventilateurs poussent en permanence le même air chaud et rance des friteuses, et, c'est incroyable, mais, les sièges réservées aux travailleuses sont en aluminium. Comme une de ces tortures macabres et millénaires, les travailleuses de Pepsico s'épuisent à rester debout mais sont « frites » si elles s'assoient.

Julia a des ampoules aux mains. Pour elle, c'est quotidien. Les patates sont frites à plus de 200 degrés et bien qu'elles travaillent avec de l'huile, l'entreprise a décidé qu'elles devaient utiliser des gants de latex.

Quand les frites laissent un goût amer

Après avoir licencié les intérimaires, Pepsico s'est chargé de persécuter les travailleuses et les délégués qui avaient été en pointe dans les luttes. Aujourd'hui, ils sont suspendus pendant qu'à l'intérieur de l'usine règne la peur.

Une assemblée interne élue par la totalité des salariés de l'usine - qui dénonce le plan de licenciement en rupture avec le syndicat maison- c'est incompatible avec les intérêts de la multinationale. Il n'y a pas d'antécédent récent de grande entreprise de la région de Buenos Aires qui ait connu des assemblées d'usines avec une participation égalitaire et démocratique des travailleurs et travailleuses en CDI et des intérimaires, comme c'est le cas à Pepsico. C'est quelque chose que les directions et les bureaucrates syndicaux n'admettent pas, d'où la réaction exemplaire contre le mouvement de Pepsico.

Les travailleurs licenciés de Pepsico et les délégués poursuivis par la direction sont soutenus par une vague énorme de solidarité de centaines d'avocats prestigieux, des assemblées de quartier de la région, de la fédération Internationale du Travail du secteur de l'Alimentation et des travailleurs et travailleuses de Zanon et de Brukman, de nombreuses commissions internes et de délégués d'usines, de le Centre des Professionnels pour les droits de l'homme et de certains partis politiques de gauche et de centaines de personnes de toutes professions et organisations qui ont signé une pétition de soutien.

Mais, ce n'est pas suffisant pour faire plier l'entreprise nord américaine.

Pendant que Anoop Singh, l'émissaire du FMI, dit au Président Duhalde qu'il doit prendre des mesures contre les travailleurs et le peuple argentin, les entreprises multinationales se comportent comme des esclavagistes sans scrupule contre les travailleurs et les travailleuses qui leur permettent avec leur force de travail de faire des millions de profits.

Les masques de la multinationale

Pepsico est la filiale de Pepsi qui fabrique des frites et autres produits alimentaires, elle affiche sur le site web « institutionnel » une priorité dans le choix des fournisseurs pour les entreprises qui sont dirigées par des femmes ou des personnes de minorité éthnique. C'est évident que « le politiquement correct » recherché dans l'image de Pepsico à l'égard des femmes et des minorités n'est qu'une façade pour les consommateurs derrière laquelle se cache le monstre qui exploite dans des conditions infâmes de jeunes travailleuses.

Derrière le masque de Shakira, la chanteuse des pubs de Pepsico, est dissimulé des centaines de Julias, Elsas et Rosalbas.

Mais, en Argentine, nous sommes fatigués du chômage, et de l'omnipotence des dirigeants et de l'impérialisme.

Pendant que Pepsico améliore sa rentabilité avec la complicité du syndicat, les délégués qui défendent les travailleuses sont persécutés.

Pendant que Shakira danse avec Antonito à Miami en buvant du Pepsicola, un groupe de femmes travailleuses de Pepsico Argentina, en plus de souffrir d'ampoules, de varices et de douleurs dans les articulations, a été volé du dernier rêve qui lui restait : travailler pour nourrir leurs familles.

(*) Pour plus d'informations sur le conflit : http://www.ceprodh.org.ar

(*) Pour manifester votre solidarité avec les travailleuses de Pepsico, vous pouvez envoyer un message à : delegadosdepepsico@hotmail.com